Nous avons vécu, à bord de NIZWA, les deux dernières semaines de son périple qui l’a mené d’Ajman aux Emirats Arabes Unis, à Hurghada sur la côte égyptienne à l’entrée du golfe de Suez.
De Port Ghalib à Safaga, nous avons dû faire face à un vent du Nord soutenu, formant une houle qui nous a un peu secoué, mais qui nous a permis de constater le bon comportement de NIZWA.
Bien sûr, nous avons été un peu déçus de n’avoir pu poursuivre le voyage jusqu’au canal de Suez, mais nous comprenons et approuvons totalement la décision du capitaine Jocelyn de laisser Nizwa en stand-by dans un endroit sûr, la marina d’Hurghada.
Si nous avons été un peu frustrés sur le plan navigation, nous nous réjouissons d’avoir vécu cette expérience unique avec Joce, Simon, Vincent, Juliette, Hélène et le petit mousse Mael.
Nous garderons le souvenir de ces moments passés ensemble, de ces déjeuners ou ces dîners sur le pont, ou dans la timonerie.
Nous garderons le souvenir de ce « tazar » péché à la traîne, admirablement préparé à la tahitienne par Simon.
Nous garderons le souvenir de ces bons moments passés ensemble au restaurant thaï de la marina d’Hurghada.

Joce et Hélène, vous avez su analyser les problèmes et les insuffisances liées à un tel projet. Forts de cette expérience nous savons que vous saurez rebondir positivement en cadrant un peu plus rigoureusement le voyage qui amènera NIZWA en France avec un nouvel équipage.
Votre motivation est restée intacte et la pause de NIZWA à Hurghada n’est pas ressentie comme un échec. Nous restons derrière vous et nous demandons à tous, partenaires et membres de l’association de continuer à vous accorder leur confiance, vous le méritez.
NIZWA I est terminé, vive NIZWA II.

Annick et Joël

Comments


Add Comment