Des l’aube, à notre arrivée sur Khor Nowarat – île Badhur, la curiosité de Salim et d’un comparse les ont conduit à bord en pirogue. Palabres et gestes nous ont permis quelques échanges: des cigarettes, du riz et du sucre les comblent.

A terre, nous retrouvons les vasques d’eau douce décrits par Henry de Monfreid dans son journal de bord du 26 juillet 1915 (p 594 « Des aventures extraordinaires »). Dans « La croisière du Hachich » (p 345 de Mer rouge) une vielle femme lui vend quelques litres d’eau. Pour nous, c’est l’accueil du berger Salim qui nous conduit à son campement ou les nuits sont toujours à la belle étoile.

Ce soir, on ne mangera pas des coquillages mais on a choisi du confit de canard, vin rouge et pomme de terre sautées pour satisfaire notre faim…ça change du poisson.

Nous avons changé de mouillage ce soir, afin de s’éloigner de la mangrove et de ses moustiques. Demain, nous levons l’ancre tôt afin de faire route vers Talli Saquir, une petite île située à 30milles au sud de Suwakim. Il parait qu’il regorge de poissons tels qu’aux îles des sept frères proche de Bab El Mandeb. A suivre…

Comments


Add Comment